Grande-Synthe : premier coup de godet sur le site de la tour Lejeune

Celui-ci marque notre première opération de démolition de logements au titre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Sur le territoire de la communauté urbaine de Dunkerque, nos interventions représentent un coût total de l’ordre de 95 M€. Plus largement, le NPNRU, lancé officiellement par une loi de 2014, implique Partenord Habitat dans 14 projets, arrêtés ou en passe de l’être dans les prochains mois : 12 projets de renouvellement urbain (PRU) dans le Nord et 2 dans l’Aisne, à Saint-Quentin. Les opérations seront toutes engagées avant fin 2024 pour une durée de mise en œuvre s’achevant au plus tard en 2030.

Un moment fort entre l’Office départemental et la ville de Grande-Synthe

Après un coût global de 128 M€ pour le premier PNRU sur le territoire de la CUD, cette démolition de 60 logements dans l’une des villes où Partenord Habitat compte le plus de logements (presque 2 700) sera suivie de deux autres (immeubles Delacroix et La Tour). Les 58 ménages encore concernés ont été relogés très rapidement, essentiellement à Grande-Synthe avec, pour un quart d’entre eux, un parcours résidentiel vers un logement individuel. Grâce à la médiation sociale animée par la CUD et au soutien des services de la ville, cette phase de relogement a pu être menée efficacement.

Le NPNRU à Partenord Habitat concerne plus de 11 % de nos 52 000 logements

2 070 logements seront démolis, 1 957 seront réhabilités et résidentialisés, 1 813 bénéficieront uniquement d’une opération de résidentialisation parfois de grande ampleur. L’objectif est d’améliorer le cadre et la qualité de vie des habitants en donnant une nouvelle attractivité aux sites concernés, comme par exemple au quartier Degroote à Téteghem, aux Oliveaux à Loos, à La Briquette à Marly-lez-Valenciennes, aux Provinces Françaises à Maubeuge, ou encore au vaste quartier Europe de Saint-Quentin. Il sera permis de parachever certains projets engagés dans le cadre du premier programme national de rénovation urbaine, comme à l’Îlot des Peintres de Grande-Synthe, au Nouveau Mons de Mons-en- Baroeul ou au quartier du Vermandois de Saint-Quentin. Enfin, les interventions de Partenord Habitat seront plus marginales mais pas moins prioritaires pour Partenord Habitat à Saint-Pol-sur-Mer Cité Liberté, sur l’îlot Carnot à Dunkerque, à l’Île Jeanty de Dunkerque avec la démolition du foyer des Salines, à Roubaix également sur quelques logements vacants en diffus, aux résidences Lecoq de Condé-sur-l’Escaut ou encore à Fourmies, à l’entrée du quartier de l’Espérance. Les 2070 logements démolis seront tous reconstruits.

Aller plus loin pour améliorer les quartiers

D’autres opérations un peu spécifiques méritent également d’être citées au regard de leur envergure et le renouveau qu’elles offriront aux sites concernés. L’opération de réhabilitation menée par Partenord Habitat sur 674 logements du Blanc-Riez à Wattignies est par exemple intégrée au programme de renouvellement sur le quartier, même si elle ne sera pas soutenue par l’ANRU. L’intervention de requalification de 348 logements qui transformera l’ensemble du Faubourg de Béthune de Douai a été engagée également sans les financements du NPNRU. Un projet ambitieux de même nature est en cours de préparation pour le quartier de la Tente-Verte de Dunkerque, rue Robert Schuman.

Mettre en commun les engagements et les moyens

L’engagement financier de Partenord Habitat pour le NPNRU est estimé à 444 M€. Les concours de l’ANRU s’élèveraient quant à eux à 178 M€. Partenord Habitat peut également compter sur l’implication de ses partenaires locaux au premier rang desquels la Communauté urbaine de Dunkerque, la Métropole européenne de Lille, la Communauté d’Agglomération de Valenciennes Métropole et la Communauté d’Agglomération de Maubeuge Val de Sambre, à ce jour. L’engagement exceptionnel des villes de Grande-Synthe, de Mons en Barœul ou de Loos, est également confirmé.